La fete triste

- 1974 -

 

  1. THEME DE LA VILLE - 1er Tableau 3:01
  2. THEME DU GARCON 2:09
  3. CHANSON DE LA PLUIE 1:58
  4. ADAGIO POUR VIOLONCELLE 3:13
  5. JAZZ 2:41
  6. LE REVEIL DE LA VILLE - 2ume Tableau 2:23
  7. THEME DE LA FETE TRISTE 2:07
  8. LA RENCONTRE 3:23
  9. LA BOITE A MUSIQUE 2:28
  10. ALLEGRESSE 2:15
  11. LE REVE 2:36
  12. RONDES ENFANTINES 2:22
  13. PASTORALE 2:17
  14. MENUET 4:02
  15. ARIA 2:28
  16. FANFARES LOINTAINES 1:20
  17. LE PIANO ENCHANTE 2:26
  18. L'APPEL DE LA VILLE 1:08
  19. LE RETOUR 1:31
  20. NOCTURNE 3:28
  21. QUATUOR 1:36
  22. DUO DE L'ADIEU 1:42
  23. BALLADE 1:28
  24. MELANCOLIE 2:06

Saint-Preux

Ferber
: Rene Ameline
: Yves Gali
: Patrice Mgnieux
: Claude Caudron
: Jean-Pierre Carre

Lu rencontre : La reveil tfe la ville, theine tht lajcic triste, la rencontre, la botte musique.
allegresse.

Les memes sonneries, les memes rythmes enchevetres annoncent le reveil de la ville. A l'aube de cette journee rien qui ne dise le bruit, l'agitation vaine et irrepressible, c'csl peine si le garon par le piano parvient s'evader, Enferme dans cet univers ses doigts sur le clavier dessine une melodie la lte triste, elle depeindra tour tour sa melancolie et sa joie. Il l'a ebauchee un jour de profonde solitude, elle le relie son enfance, elle va le conduire sur le chemin de l'amour cl de la tendresse.
Il entend dej la voix "de celle qu'il esperait rencontrer", avec laquelle la vie serait un beau vuyage. L'Ile a une voix de cristal, telle une sirene, elle l'attire dans un autre monde. Le piano et les ondes chantent leur rencontre. Tout devient lumiere, la ville esi loin desormais, bien loin ses cris, ses haines. La jeune fille a mis le printemps dans une boite a musique.lui offre ce cadeau.qui telle une lampe d'Aladin les emportera tourbillonnant sur un theme de valse, celui de leur allegresse, dans un monde de bonheur.

Le reve : le reve, rondes enfantines, pastorale, menuet, aria, fanfares, le piana enchante.
La jeune fille l'a conduit dans un univers de reve, enfantin, heureux. Ils y ont pour amis des bergers de pastorale, des enfants; pour maison, des chateaux fabuleux. Le piano chante ce reve qu'accompagnent crescendo, les fltes, les hautbois aux sonorites claires, c'est les rondes enfantines o se mele le theme de la fele triste, illumine, transforme en un concerto romantique, puis une scene champetre bucolique tendre avec la voix gracile et fruitee des hautbois, des clarinettes et un menuet baroque.
Ils jouent, ils dansent et dansent encore. La jeune fille chante son aria, elle donne libre cours sa joie de rever, tout se tait pour l'ecouter, seuls quelques violons l'accompagnent.
Cependant, le crepuscule est descendu lentement sur ce decor de fete cl l'on entend au loin des fanfares qui semblent les inviter quelque bal dans un chateau de songe, un piano enchante improvise une valse, tout tourbillonne encore cl le reve s'acheve, une journee de bonheur s'eteint.

Le garon et la ville : theme de la ville, theme du garon, chanson de la pluie, adagio pour violoncelle, jazz.
La ville, une drogue qui tue le reve, etouffe tous sentiments; un monde d'automates. Un appel de cuivres sonores inquietant, accompagne d'un dessin precipite de doubles croches, c'est le theme de la ville.
Perdu dans ce monde un piano chante le garon. Il conte ses espoirs, sa melancolie, son reve secret, son ideal d'amour de purete; privilege merveilleux de >on adolescence. La ville toujours gronde autour de lui. l'appelle, il lui oppose ses elans, sa confiance, sa purete.
On entend la chanson de la pluie qui decrit la monotonie de la ville. Il ressent alors davantage sa solitude et le violoncelle dans un adagio emu s'associe sa pensee. Il semble que les rumeurs de la ville se soient tues.
Des sonorites de jazz une trompette nostalgique dialogue avec le piano en de libres improvisations sur le theme de la ville, une journee comme les autres s'acheve, la ville s'endort...

L'adieu : l'appel le la ville, le reunir, noeiiirne. quatuor, duo de l'adieu, ballade, inelaiiioln
I.'aube en se levant dissipe ce decor de reves, les fanfares de joie se sont tues, on entend lointaines les fanfares de la ville, c'est l'appel de la ville, c'est le retour la ville gui se rit de leurs reves
Ils cherchent ensemble fuir, au piano il reprend le theme de la fete triste, mais c'est un nocturne present blesse, que la ville dans un quatuor fait taire, elle triomphe. Resigne, sachant que leur amour ne peut que se fletrir au contact de la realite, ils chantent au piano et l'onde leur duo d'adieu.
Il exprime son desespoir dans une ballade, faite de souvenirs, on entend les basses grondantes du piano, les themes douloureux du cor. les harmoniques plaintifs des cordes C'est la fin de son reve. la lin de ses espoirs, il ne lui reste pour seul refuge que sa melancolie.

www.doddy1.narod.ru, doddy1@narod.ru

Saint-Preux 2001
Email : saint@preux.org